Quel est le rôle de l’abeille ?

 L’abeille et l’homme 

Il faut remonter à plus de 120 millions d’années pour retrouver une parenté de l’abeille, qui était une guêpe primitive.
C’est à ce moment précis qu’elle a commencé à jouer son rôle fondamental dans l’écosystème.
Aujourd’hui, l’abeille est essentielle à la vie humaine mais elle est aussi fortement menacée par elle-même.
Un célèbre physicien Einstein aurait dit « si l’abeille disparaissait de la surface de la terre l’homme n’aurait plus que 4 années à vivre »

Rôle écosystémique

L’abeille est un insecte pollinisateur : elle contribue à la reproduction végétale en transportant le pollen (mâle) des étamines vers le pistil (femelle), des fleurs de la même espèce facilitant ainsi leur fécondation et la fructification.
Aujourd’hui, on estime que 90 % des végétaux à fleurs sont pollinisés par des animaux et en majorité, par des insectes tels que les abeilles.

C’est grâce à cette pollinisation que nous pouvons, en partie, consommer des fruits et légumes dans notre assiette quotidienne. Les pommes, les poires, les pêches, les prunes, les courgettes, les tomates, l’huile (tournesol et colza), les fraises, et nous en passons, une quasi-totalité des fruit et légumes.
Finalement, très peu de cultures nourricières ont besoin du service de pollinisation des insectes, seules quelques céréales peuvent s’en passer tel que le riz, le maïs, le blé, qui sont pollinisés à l’aide du vent.

Rôle économique 

Les abeilles représentent un rôle majeur dans l’économie mondiale. Il est aujourd’hui impensable de se passer d’elles :
L’activité des abeilles représente 35 % *de la quantité de production agricole dédiée à notre alimentation directe.

  • Soit un total de 9,5 % de la valeur de la production agricole mondiale.
    La majeure partie de notre alimentation dépend aussi bien directement qu’indirectement de l’abeille.
    • Soit 65% de la diversité de notre alimentation sur terre dépend de son activité de pollinisation.

*Selon INRAE : https://www6.paca.inrae.fr/abeilles-et-environnement

*Source : Ministère de l’agriculture  https://agriculture.gouv.fr/les-abeilles,

Quelles sont les causes de sa disparition ?

Nous allons voir les 3 causes principales de la disparition des abeilles. Néanmoins, nous ne pouvons ni préciser, ni quantifier, ni classer, l’importance de chaque cause sur l’effet de disparition puisqu’à ce jour, nous ne pouvons pas réellement quantifier ces effets.

Les effets des produits phytosanitaires

Dénommés sous le terme générique de pesticides (insecticide, herbicide, fongicide…) :

Encore beaucoup de produits phytosanitaires sont accusés d’être des perturbateurs neuroleptiques des abeilles, mais ne sont cependant pas interdits.
Plusieurs études européennes et mondiales ont essayé de comprendre l’impact des produits phytosanitaires sur les abeilles. Les études s’accordent à dire que la famille des produits de type néonicotinoïdes, qui sont des insecticides parmi les plus utilisés dans l’agriculture et qui agissent sur le système nerveux altèrent la capacité d’orientation des insectes. De plus, ils sont hautement néfastes pour les polarisateurs. Cependant, les abeilles ne sont pas les seules touchées puisque l’ensemble de la biodiversité est impactée tels que les animaux rampants, volants, et nageants.
Etude n°1, Etude n°2, Etude n°3

En France, des mesures ont été prises à partir de 2016 avec la mise en œuvre de la « Loi de la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » . Cette loi est prévue pour interdire 7 néonicotinoïdes dans les mélanges ou semences traitées.

Les prédateurs

Les échanges internationaux ont permis l’introduction accidentelle de nouveaux prédateurs contre laquelle l’abeille domestique; dite européenne, se défend mal.
Le varroa est l’un des exemples identifié introduit dans les années 50. C’est un parasite piqueur qui se fixe sur l’abdomen de l’abeille pour s’en nourrir. Comme un tique sur un chien, le varroa transmet également des virus à l’abeille qui affectent son système immunitaire.
Autre parasite importé d’Asie : Le fameux frelon asiatique serait arrivé par bateau, à Bordeaux en 2004. C’est un insecte carnivore ayant eu une propagation très rapide en France qui pré-date les abeilles et peut décimer certaines colonies dans un temps très court.

Perte de la diversité de son alimentation

Les abeilles, comme les hommes et tout autre être vivant, ont besoin d’une diversité alimentaire. La diversité alimentaire est issue de plantes, et elle est donc très saisonnière. C’est pour cela que certaines fleurs ne durent que sur quelques jours 1 seule fois dans l’année comme par exemple l’acacia, la bourdaine, le trèfle ou encore le tilleul…

Avec l’arrivée de l’agriculture intensive nous avons assisté dans certaines régions à des changements radicaux de paysage avec une modification complète de son écosystème. Des cultures uniques (monoflorales) ont envahi de grandes surfaces, accompagnées d’une disparition de haies, de bandes enherbées, de zones humides et donc, d’une diversité de fleurs liée à la diversité des milieux.
Les apiculteurs sont maintenant obligés de faire de la transhumance.
Mais qu’en est-il des 1990 autres espèces sauvages d’abeilles qui étaient présentes il y 50 ans sur ces surfaces..

Autres causes

D’autres paramètres rentrent aussi en compte tels que les ondes électromagnétiques, la pollution, les destructions de l’habitat naturel en milieu urbain, fauchage des zones enherbées, plante non-mellifère…

Avec l’arrivée de l’agriculture intensive nous avons assisté dans certaines régions à des changements radicaux de paysage, avec une modification complète de son écosystème, des cultures uniques (monoflorales) ont envahi de grandes surfaces , accompagnées d’une disparition de haies, de bande enherbées, de zone humide et donc d’une diversité de fleurs liée à la diversité des milieux.
Les apiculteurs sont maintenant obligés de faire de la transhumance.
Mais quand n’est-il des 1990 autres espèces sauvages d’abeilles qui étaient présentent il y à 50 ans sur ces surfaces..

– Quelles sont les conséquences ?

Perte de la biodiversité

D’autres paramètres rentrent aussi en compte tels que les ondes électromagnétiques, la pollution, les destructions de l’habitat naturel en milieu urbain, fauchage des zones enherbées, plante non-mellifère…

Avec l’arrivée de l’agriculture intensive nous avons assisté dans certaines régions à des changements radicaux de paysage, avec une modification complète de son écosystème, des cultures unique (monoflorales) ont envahi de grandes surfaces , accompagnées d’une disparition de haies, de bande enherbées, de zone humide et donc d’une diversité de fleurs liée à la diversité des milieux.
Les apiculteurs sont maintenant obligés de faire de la transhumance.
Mais quand est-il des 1990 autres espèces sauvages d’abeilles qui étaient présentent il y à 50 ans sur ces surfaces..

Menace de la chaîne de la vie

Si près de 80% des espèces végétales dépendent directement des abeilles pour se reproduire, il est impossible de se passer de ces dernières. La menace directe d’espèces végétales menacerait à son tour la chaîne des herbivores, puis des carnivores, et enfin à plus long terme l’Homme.