Qu’est-ce que l’apiculture ?

L’apiculture est une forme d’agriculture, elle consiste à élever des abeilles afin d’exploiter les produits de la ruche, dont le plus connu demeure le miel, mais aussi la propolis, le pollen, la gelé royale, et la cire d’abeille.
L’apiculteur élève ses abeilles dans des ruches, une ruche par colonie, puis forme des « ruchers » variant entre 10 et 30 ruches sur le même site. L’apiculteur diversifie ses sites où il dispose ses ruches afin d’avoir différentes variétés de miel.

La ruche

La ruche est l’habitat où les abeilles sont élevées par l’apiculteur. Elle est le plus souvent en forme de petite maison en bois ou en plastique. Elle se décompose en plusieurs parties :
– Le socle qui maintient la ruche hors d’un contact direct avec le sol.
– Le corps de la ruche, qui est la partie la plus visible de la ruche. Il est composé de 9 cadres qui vont servir de réserve d’alimentation pour la ruche avec du miel et du pollen, ainsi que d’une zone de ponte pour la reine.
– Les cadres de la ruche : ils sont en bois et accueillent la construction de cire d’abeille en forme de millier de petits tubes alvéolés, capables de contenir, du miel, du pollen, des larves, œufs et nymphes.
C’est donc dans cette partie de la ruche que se déroule la vie de la colonie, et c’est aussi dans cet endroit que nous allons pouvoir trouver des abeilles, des faux-bourdons ainsi que la reine.

 La reine

C’est l’élément clé de la ruche. Elle peut vivre entre 3 et 5 ans. Elle est facilement reconnaissable avec son long et large abdomen qui la distinguer des autres abeilles. C’est la seule femelle de la colonie fécondée et fécondable, c’est-à-dire que c’est la seule qui est capable de pondre dans la colonie.
La reine ne sort quasiment jamais de la ruche, puisque les abeilles dites ouvrières lui apportent sa nourriture, ainsi qu’elles assurent son propre nettoyage, pour se vouer entièrement à sa mission qui est de pondre du couvain. La reine est capable de pondre plus de 2000 œufs par jour à la saison du printemps ce qui n’est pas de tout repos pour elle.

Les ouvrières, et les mâles

Les ouvrières d’été vivent en moyenne 5 à 6 semaines. Les ouvrières d’hiver vivent  jusqu’à 5 fois plus de temps que celles d’été qui peuvent vivre 5 à 6 mois.
En ce qui concerne leurs missions, une ouvrière aura au cours de sa vie plusieurs fonctions dans la ruche. Elle commencera par le rôle de ménagère dans la ruche, afin de nettoyer l’habitat avant de devenir nourricière des larves. Ensuite, elle passera au rôle de cirière afin de construire les tubes alvéolés dans les cadres.
Notre abeille deviendra gardienne, empêchant l’intrusion de prédateur à l’entrée de la ruche. Il s’en suivra la fonction de ventileuse de la ruche afin de rafraîchir la ruche par un temps chaud.
Enfin ces derniers jours de vie seront celle d’une butineuse : elle commencera par être chercheuse d’eau avant d’aller quérir du nectar qui deviendra miel. Quelle vie passée au labeur !

Quant aux mâles, ils se cantonnent simplement à leur fonction de reproducteur : celui de féconder les reines. Dès cette mission remplie, celui-ci meurt, à contrario s’ils ne se sont pas accouplés durant la saison ils sont chassés par les abeilles de la ruche, puis meurent à la fin de l’été. Contrairement à l’abeille ouvrière, le mâle n’a ni dard, ni la capacité de récolter pollen et nectar. On le distingue avec un abdomen plus large que celui d’une abeille ouvrière, mais demeure tout de même plus petit que la reine.